Illusion d'optique des leurres

Avec les nouvelles avancées technologiques, les leurres sont de plus en plus sophistiqués. Revêtements holographiques ou à effet écailles, coloris UV, coloris changeant selon l’angle de vision, systèmes de trompe-l’œil avec un leurre représentant plusieurs alevins, etc. Autant d’illusions optiques conçues pour que l’imitation présentée au prédateur soit plus vraie que nature et puisse le tromper.

Illusion d'optique des leurres

Tout le monde a été confronté à un trompe-l’œil. Cette technique qui se joue de la perception du spectateur est une image faussée de la réalité. C’est le fruit d’une mauvaise interprétation de notre cerveau, ce dernier étant pourtant un des plus développés du règne animal. Comme son nom l’indique, un leurre est initialement conçu pour tromper un poisson. Il s’agit d’une imitation censée reproduire le vivant, autant par son apparence que par sa nage. Un véritable trompe-l’œil donc ! Il peut s’agir de la reproduction d’un calamar dans le cas d’un octopus, de fourrage avec un poisson nageur, d’une crevette pour une turlutte, etc. Dans tous les cas, un leurre est une reproduction réalisée pour contre­faire une proie convoitée par un prédateur. Et à ce jeu-là, les pêcheurs ont développé depuis toujours des trésors d’ingéniosité.

Illusion d'optique des leurres

Les premiers leurres pour la pêche datent de plusieurs milliers d’années. Pour subvenir à ses besoins alimentaires, l’homme a depuis toujours été particulièrement imaginatif. On a ainsi retrouvé dans les îles polynésiennes des leurres en os ou en nacre qui étaient utilisés à la traîne il y a plusieurs milliers d’années. Des leurres en ivoire de morse déterrés lors de fouilles dans la baie d’Hudson et passés au carbone 14 ont été datés à plus de 4 000 ans !

Lire cet article dans le magazine